Charlemagne dans les Pyrénées

Charlemagne, Carolus Magnus, est né dans les années 740 et meurt en 814 à Aix-la-Chapelle , une ville allemande qui répond au nom de Aachen. Il est roi des Francs, à partir de 768, puis couronné empereur par le pape Léon III en l’an 800. Charlemagne est resté célèbre pour avoir « inventé l’école ». Il est en fait un conquérant redoutable, il se bat contre les Saxons, contre les Lombards en Italie, contre les Musulmans en Espagne.

On lui doit l’agrandissement du petit royaume des Francs ainsi qu’une forme de renaissance carolingienne par son intérêt pour les arts et les lettres. Toutefois son œuvre ne lui survivra pas, ou peu, en raison de la difficile succession qui s’ensuivra entre ses trois fils et malgré les mesures qu’il avait prises pour éviter cet état de fait. De nombreux documents nous renseignent sur la vie de Charlemagne, des capitulaires et autres textes officiels ainsi que des chroniques, notamment celle de Frégédaire.

Parmi les conquêtes et autres chevauchées, figurent en bon nombre des expéditions en Aquitaine, dans les Pyrénées et au delà. Son père, Pépin le Bref, avait soumis l’Aquitaine et la Vasconie, mais les territoires étaient instables et peu enclins à supporter le joug franc. L’Aquitaine est rebelle et se soulève souvent, obligeant les Francs à de régulières et violentes expéditions punitives. Elle est alors un royaume et son roi est l’un des fils de Charlemagne, Louis le Débonnaire, dit aussi Louis le Pieux.

Les Pyrénées sont souvent traversées, les troupes poussant jusqu’à Pampelune, se retirant à Dax et rayonnant de part et d’autre de la chaîne de montagnes. C’est là que prend place la fameuse bataille de Roncevaux, en 778. Charlemagne avait passé des accords avec des gouverneurs musulmans contre l’émirat de Cordoue. Sulayman offre Saragosse

Charlemagne y précipite ses troupes. L’émir de Cordoue menace, Charlemagne décide le repli et ses troupes reprennent la route du royaume franc via le col de Roncevaux . La légende veut que Roland, neveu de l’empereur, y laissa la vie après un combat épique. Telle est la légende. La vérité historique est tout autre. Les Vascons attendaient Charlemagne et ses troupes dans une sorte de défilé étroit qu’ils devaient franchir en file indienne. Beaucoup de Francs furent tués, précipités dans le ravin.

L’empereur et son arrière-garde franchirent le col sans problème. Les Chroniques gardent le souvenir de la mort de nombreux nobles. Ce sont les troubadours, quelques siècles plus tard, qui donnèrent une version épique de l’épisode sanglant de Roncevaux, faisant de Roland un personnage majeur du drame. Roland était en fait un préfet de la marche de Bretagne.

Vous aimerez également

A propos de l'auteur contact